Retours du Discours de l’Indien (Pour Mahmoud Darwich)

Date(s)
15 oct
2018
5 nov
2018
Lieu(x)

La Générale Nord-Est
14, Avenue Parmentier — 75011 Paris

Université Paris 8 Saint-Denis
2, Rue de la Liberté — 93526 Saint-Denis

Rencontre avec Silvana Rabinovich

« Voici l’histoire de la fuite d’un poème : "Le discours de l’Indien. L’avant-dernier avant l’homme blanc", de Mahmoud Darwich. D’une étrange familiarité, le poème écrit en arabe à l’origine évoquait le célèbre discours du chef Duwamish Seattle en même temps qu’il semblait poursuivre un dialogue naturel et centenaire avec les premiers peuples du Mexique.
Le poème est dit "l’avant-dernier" discours de "l’Indien" contre "l’homme blanc". Peut-être le dernier est-il un discours en acte qui, il y a longtemps - sous la forme d’une crise environnementale incalculable – rend le poème à cette "grand-mère" comme le rappelle le poème, qu’est la Terre.
Au Mexique, sur notre continent et dans le monde, nous sommes aujourd’hui témoins de morts et de disparitions souvent liés à la défense des rivières, des montagnes, des terres, des langues et des connaissances.
Des communautés entières vivent aujourd’hui dans une situation paradoxale que nous appellerons "exil résidentiel" bien qu’elles continuent à vivre sur leurs terres. Elles sont sans cesse dépossédées par une minorité agissant avec le consentement des États nationaux. La Palestine paie également avec le sang de ses enfants le pillage criminel des terres, de l’eau, des olives…
La douleur de la terre causée par une économie prédatrice soutenue par l’accumulation par dépossession est de plus en plus questionnée. Le cri de la justice hétéronome se renforce avec l’espoir qu’un jour, pas trop lointain, cette minorité ivre de domination et de progrès impitoyables et suicidaires à la poursuite de la « sécurité » puisse entendre la voix de l’autre innombrable. Aujourd’hui, sa vulnérabilité si redoutée se reflète dans le miroir de cette lettre-poème qui annonce la mélancolie mortelle de l’aigle. »


15 octobre 2018 à 18h30 à La Générale Nord-Est, 14 Av. Parmentier — 75011 Paris (M° Voltaire)

Table ronde :

  • Silvana Rabinovich (IIFL-UNAM / LLCP-Paris 8) : Les Retours du Discours de l’Indien entre le Mexique, la Palestine, et le Sahara occidental
  • Mansur Tayfuri (LLCP-Paris 8 / Sorhawardi House) et Suhaib Amin Nadir (Sorhawardi House) : Darwich en Kurdistan (Vidéoconférence via Internet)
  • Naji El Khatib (Institut des Humanités MEDFIL) : Le droit au retour et la mémoire palestinienne

Projections :
Un extrait choisi de Notre musique de JLG (2004)
Vidéos des lectures plurilingues du Discours de l’indien de Mahmoud Darwich

& Lecture avec les participations de : Leila Elyaakabi, Lynda Meghara, Naji El Khatib, Azadeh Rahmani, Yolinliztli Pérez Hernández, Zahra Pourazizi, Dánivir Kent, Élisa Nosal.


5 novembre 2018 de midi à 15h00 à l’Université Paris 8, Espace Deleuze (Bât. A, 1er étage) — 2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis (M° Saint-Denis Université)

Introduction à la recherche et discussion :

  • Silvana Rabinovich (IIFL-UNAM / LLCP-Paris 8) : La traduction plurilingue du Discours de l’Indien

Les Retours du discours de l’Indien (pour Mahmoud Darwich) sont issus d’un projet de recherche intitulé "Nomadisme et hospitalité dans le langage" initié par Silvana Rabinovich à l’Université Autonome de Mexico (Projet PAPIIT IN 402317).
La recherche a pris la forme de traductions transhumantes du poème de Mahmud Darwich en espagnol, mazatèque, chinantèque, mixtèque, zapotèque et maya ; et de discussions autour d’expériences croisées d’hospitalité et de nomadisme selon un processus de traduction et de justice entre la Palestine, Mexico et le Sahara Occidental.
Avec des traductions de : Gloria Martínez Carrera (traductrice mazatèque de la communauté de San Juan la Unión, Zoquiapam, Oaxaca), Alicia Gregorio Velasco (traductrice Chinantec de la communauté de San Antonio Analco, Oaxaca), Yasnaya Elena Aguilar (traductrice de l’ayuujk) ou Mixe de Ayutla), Víctor Cata (traducteur de la diidxazá ou zapoteco del Istmo, de Juchitán) et César David Can Canul (traducteur de la Maya Yucatèque de la communauté de Mesatunich, municipalité de Motul, Yucatán).

Site Internet : http://iifl.unam.mx/justiciadelotro/
Groupe Facebook : https://facebook.com/groups/730035383699605/
Coordination (Projet PAPIIT IN 402317) : Silvana Rabinovich (silvanar@unam.mx)

Contact

Avec le soutien du programme Pédagogies de la trace, Remémorations, Traductions, Territorialités nomades (Ateliers-Laboratoires IDEFI-CréaTIC – Université Paris 8 Saint-Denis) et l’accueil de La Générale Nord-Est.


infotransglobal-studies.org