Date(s)
Lieu(x)

Université Paris 8
2, rue de la Liberté – 93526 Saint-Denis
Amphi B106 (Bât. B, 1er étage)

Il y a une vingtaine d’année, un mouvement de pensée de la traduction naissait en Iran qui a donné lieu à une grande fécondité de débats, de productions critiques et de publications scientifiques, d’ouvrages de traductions en persan des philosophies européennes significatifs de leur réception en Iran, en particulier dans la dimension politisée de cette réception.
Si penser le processus de la traduction lui-même est nécessaire, à l’encontre de tout essentialisme, de tout identitarisme, ou de tout culturalisme, une dialectique s’y opère où la traduction est à la fois un processus conscient, et le plan d’émergence de pensées nouvelles inscrites à même le champ de l’histoire des pensées critiques circonscrit par les langues et leur géopolitique.
La traduction tout comme la pensée n’est pas une totalité opérative, elle ne possède pas d’essence, ni ne connait un seul sens de son élaboration sauf son histoire.
Nous poserons ainsi la question des relations entre politique, traduction, et histoire.


La pensée comme traduction
Journée d’études
20 octobre 2016 – 12h00-18h00
Amphi B106 (Bâtiment B, 1er étage)
Université Paris 8
2, rue de la Liberté – 93526 Saint-Denis
 

  • Morad Farhadpour (Institut Porsech) : La pensée comme traduction
  • Amir Kianpour (LLCP-Paris 8) et Zahra Pourazizi (EHESS) : L’archipel de Babel, Un documentaire collectif (Projection et lecture)
  • Bahar Majdzadeh (ACTE-Paris 1) : La mémoire commune iranienne des années 80 et l’esthétique de la confrontation avec un passé violent
  • Mansur Tayfuri (LLCP-Paris 8) : États et exceptions
  • Oreste Scalzone : Léviathan dans la langue

Contact

 contact.seminaire.pogmail.com