La temporalité du bouleversement politique est celle d’une rupture relativement à la continuité d’un temps abstrait, homogène et vide du capital. Inversement, la chronopolitique du capitalisme et son rêve de synchronicité globale trouve sa réalisation ultime dans la crise, devenue un mode de gouvernementalité.
Qu’en est-il si nous reprenons la question à partir de la notion de subjectivité telle qu’elle relie sur une capacité à agir, c’est-à-dire sur la politique en un lieu et un moment donnés, selon un point de vue qui n’était pas interchangeable ?
Par ailleurs, à quelles formes de temporalités et de subjectivités politiques les mouvements que nous connaissons donnent-ils lieu ? Quelles en sont les formes d’inscription dans la pratique sociale, les langages par lesquels ils se transmettent, leurs formes d’historicité ?
Ce séminaire invite à une exploration des notions des temporalités et des subjectivités politiques, en posant la question, non pas seulement de comment faire de l’histoire, mais aussi de quelles formes d’agir et de praxis politiques relaient sur la situation présente.
À la suite d'un séminaire d'études politiques au Proche et Moyen-Orient en 2016-2017 et 2017-2018, il s'ouvre à différentes situations de transnationalités à travers l'histoire des mouvements. Les formes de reliance et d’organisation sociale, politique, économique, etc., ne suivent plus seulement la logique des cadres nationaux et internationaux, de façon liée à la globalisation, mais aussi des échelles locales/globales, transnationales et translocales.
On questionnera les conditions selon lesquelles se sont transformées les modalités des rapports entre vie et politique, suivant des méthodologies inter- et transdisciplinaires. Une large place sera faite aux recherches qui portent sur les formes de l’archive.


Séminaire transdisciplinaire à l'Université Paris 8 Saint-Denis, 2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis (M° Saint-Denis Université)

Séances au 1er semestre 2018-2019 :

18 octobre 2018, Salle G -2 (Rez-de-chaussée Bât G) de Midi à 15h00 – Séance 1
Amir Kianpour (LLCP-Paris 8) : Les inégalités temporelles dans la pensée marxiste
Béatrice Rettig (LLCP-Paris 8) : Qu’est-ce que la subjectivité ?
Camille Fauroux (EHESS/Lille 3) : L’épistémologie du point de vue dans les archives vivantes

22 novembre 2018, Salle G -2 (Rez-de-chaussée Bât G) de Midi à 15h00 – Séance 2
Valentin Schaepelynck (EXPERICE-Paris 8) : Les temporalités de l’analyse institutionnelle
Engin Sustam (EXPERICE-Paris 8) : Orthodoxies et hétérodoxies marxistes et anarchistes dans les pratiques autogestionnaires
Josep Rafanell i Ora : Construire des communautés contre le capitalisme

13 décembre 2018, Salle G -2 (Rez-de-chaussée Bât G) de Midi à 15h00 – Séance 3
Naji El Khatib (MEDFIL) : L’écriture de l’histoire des luttes des peuples sans États
Marina Nebbiolo (MEDFIL) : Le projet « Pierres parlantes », Récits et pratiques de l’espace alternatifs
Yilmaz Özdil (Université de Mardin Artuklu / Chercheur invité à l'EHESS-CETOBaC) : La construction visuelle des identités Kurdes au cinéma

Ce séminaire est public et ouvert à tou·te·s.
Contact : infotransglobal-studies.org
Faire suivre / Partager : https://www.facebook.com/events/1031848353669570/

 

Catégories : Non classé