Cherchez et appuyez sur la touche Entrée

15 avril 2019 — La Générale Nord-Est
14 Av. Parmentier Paris XIe — M° Voltaire (entrée libre)

Les séminaires in(ter)disciplinaires de la Générale & Inter-zones proposent une rencontre et un plateau de lectures et performances inter/transmédia ce lundi 15 avril 2019 avec Eden Tinto Collins, Thomas Maury, Joachim Montessuis, Kasper Topelitz, Nina Živančević, Erik Minkkinen, Jamika Ajalon, Zahra Pourazizi, et en date à Paris de tournée 2019 Tim Shaw, et Phill Niblock.

Le terme d’intermédia a beaucoup voyagé invitant à une sortie des notions restrictives des médiums privilégiés de l’art pour considérer que tout peut faire média, puis ceux de post, et transmédia et quelques autres tentatives de rester en dehors d’aucune définition instituée, et d’inspirer divers passages entre tout ce qui peut faire musique, poésie, cinéma, performance, art des réseaux et radio, etc. et l’expérimentation de façons de rester dans ces passages plutôt que l’une ou l’autre forme arrêtée, dont l’idée reste entière.
Toutes ces notions ont muté, sous l’influence d’une attention à la vie quotidienne, et nous y avons joint le sens du concours de circonstance pour créer une rencontre.

 


 

Programme-Invitation
Ouverture des portes à 14h00

 

14h30 — Les spectres sonores de Niblock : dans les rivières invisibles, un film de Thomas Maury (110', 2019)

16h30 — Rencontre / Entretien croisé

& Lectures et performances

18h30 — Joachim Montessuis : Le Vray remède d'amour, showcase de l'album double LP (sortie inofficielle)

19h00 — Nina Živančević : Poésie et praxis

19h30 — Jamika Ajalon : Transmissions en eau salée : paysages queers ici qui se mélangent, une autre anti-lecture audio/visuelle

20h00 — Erik Minkkinen : Akvo, guitare électrique & amplificateurs

20h30 — Zahra Pourazizi : En-2-mètres & Lire le poumon [un fragment], lecture en deux langues dans le français et le persan

21h00 — Tim Shaw : Points de fuite multiples, field recording, synthétiseurs modulaires, microphones, objets sonorisés

21h30 — Phill Niblock
Yam almost May (2001, 24:00) Kasper Toeplitz, basse électrique jouée aux E-archet et archet
Vlada BC (2013, 20:00) Elisabeth Smalt, viola d'amore
Praised Fan (2016, 17:00) Dafne Vicente-Sandoval, basson

Le mouvement des gens qui travaillent, Film/Vidéo — Chine 87 et 88

 

— Écouter en ligne
http://inter-zones.org/livestream/

— Espace d'installation permanente

Inter-stellaire — Vidéo et écoute de Terres Arides, un extrait du projet Global Time Zone (Semi 2019), une installation d'Eden Tinto Collins

Éditions poétiques de Stavroula Bellos / Erratum Musical — Label et Revue sonore / XI Records — Le label d'Experimental Intermédia / Les Presses du réel

 

L'invitation sur Facebook : http://facebook.com/events/403769843756528/

 


 

http://phillniblock.com/
http://experimentalintermedia.org/
http://ninazivancevic.com/
http://jamikaajalon.com/
http://facebook.com/jamikaajalon.artistpage/
http://inter-zones.org/auteur-e/zahra-pourazizi/
http://scumyrearth.bandcamp.com/album/erik-minkkinen-akvo
http://tim-shaw.net/
http://instagram.com/tim4shaw/
http://instagram.com/edentintocollins/
http://vimeo.com/293639070
http://facebook.com/semiandthemanifestations/
http://cinemadureel.org/film/niblocks-sound-spectrums-within-invisible-rivers/
http://youtube.com/watch?v=8VYhc3dtHMU
http://erratum.org/
http://sleazeart.com/
http://lespressesdureel.com/
http://facebook.com/lafabriqueagitee/
http://www-artweb.univ-paris8.fr/
http://p-node.org/
http://inter-zones.org/
http://lagenerale.fr/?p=12913
http://lagenerale.fr/
http://transglobal-studies.org/

 


 

Phill Niblock créé une musique faite de fréquences intenses, et de microtons de timbres instrumentaux génèrant d’autres sons dans l'espace de la performance. Simultanément, il présente des films / vidéos du mouvement des personnes qui travaillent ou des images abstraites en noir et blanc pilotées par ordinateur et flottant dans le temps. Niblock est né dans l'Indiana en 1933. Depuis le milieu des années 60, il a fait de la musique et des performances intermédia qui ont été présentées dans de nombreux lieux à travers le monde. Depuis 1985, il est directeur d’Experimental Intermedia à New York dont il est un artiste / membre depuis 1968. Il est producteur de présentations musicales et intermédia à l'IE depuis 1973 (environ 1000 représentations) et le curateur du label XI Records de l'IE. En 1993, il participait à la création d'une organisation expérimentale intermédia à Gand, en Belgique - EI v.z.w. Gand. Sa musique est disponible sur les labels XI, Moikai, Mode et Touch. Un DVD de films et de musique est disponible sur le label Extreme.

Nina Živančević, poètesse, essayiste, écrivaine a publié son premier livre en 1982 pour lequel elle a remporté le prix national de poésie en Yougoslavie. Autrice de quinze livres de poésie, Živančević a également écrit quatre recueils de nouvelles et deux romans. Son travail est largement traduit. Elle a écrit plusieurs pièces et a donné des spectacles de poésie en Europe et aux États-Unis. En plus d’avoir travaillé avec le Living Theatre de New York (1988-1992), elle a co-fondé avec Carlo Stephanos le Théâtre Odiyana (1988).
Récipiendaire de trois prix littéraires, Nina Živančević a participé à de nombreuses anthologies de poésie mondiale et revues de littérature contemporaine. Comité éditoriaux de nombreuses revues dont Delo, Knjizevne Novine, New York Arts Magazine, Modern Painters, American Book Review, East Village Eye, République de lettres, Intempestives, Au Sud de l'Est...

Jamika Ajalon est une auteure et artiste interdisciplinaire qui travaille avec différents médiums de manière indépendante et selon de multiples fusions incorporant du texte écrit et parlé, du son / de la musique et des visuels. Ses poèmes, récits et essais ont été publiés internationalement. Elle écrit actuellement une chronique régulière pour Itchy Silk intitulée « Plume queer : Journal fugitif », et est co-conspiratrice de lpressl.com. Diplômée de Goldsmiths, Londres, en Film / Vidéo et Communication, Culture et Société et souvent conférencière invitée (Académie des Arts de Vienne, Université Américaine de Paris), chanteuse, musicienne-écrivaine (Zenzile & les Argonautes). Elle a performé ses anti-lectures audiovisuelles / slams hypersoniques et exposé à travers le monde.

Zahra Pourazizi, poétesse, écrivaine et traductrice, née à Téhéran. Dans la poésie qui lui est propre, elle ne cesse d’inventer son propre langage à l’intérieur de la langue persane où, le rythme et la répétition fonctionnent tel un mantra. Dans ses poèmes, elle explore, avec minutie, tout un monde muet, abandonné, non-dit ou non-écrit. En effet, chez Pourazizi, l’immanence de l’écriture rime avec la transgression. Avec une générosité implacable, elle offre, sans compter, la liberté au poème. C’est coûteux, c’est dangereux mais c’est à ce prix-là que la poésie, sa poésie, s’écrit. Recueil de poésie (éditions Nashré), nouvelles (éditions Elmi-Farhangi) et collaboration ininterrompue avec la revue Naamomken (Impossible). Elle est aussi l’auteure d’essais littéraires, et traductions de littérature française.

Erik Minkkinen est musicien, performer, cofondateur du collectif Büro, du label Deco, du festival nomade de concerts à écouter au casque Le Placard, de l’émission radiophonique Lapinkult, et des formations musicales Sister Iodine, Discom, Intertecsupabrainbeatzroomboyz, Minitel, Virgin like a naked bee, Antille, Noyade, Grifu et quelques autres.

Tim Shaw s’intéresse aux nombreuses formes de l’écoute, et la manière dont ses environnements peuvent être construits ou explorés à l’aide d’un large éventail de techniques et de technologies. À partir des pratiques du field recording, et de divers dispositifs, il créé des environnements sonores complexes, et explore la manière dont ils changent notre façon de vivre le monde, où ce sont les relations entre lieux, sons et technologies qui importent. Son travail prend les formes de performances musicales, installations, marches et interventions in situ, et expose à travers la production sonore les aspects non visibles des environnements et des technologies. Il enseigne à l'Université de Newcastle, et est présenté à des galeries, des festivals, des musées, lors de résidences et d’événements d’échelles nationales et internationales.

Eden Tinto Collins a suivi le cursus de l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy où elle s’est initié et a développé sa pratique des arts plastiques. Poéticienne, trans, –voire hyper–, médias, elle explore libre ment les f.r.ictions entre mélancolie, mythologie et identité, tout en développant une relation au Tiers-monde « imaginal ». De là prolifèrent un discours poétique, des dispositifs relationnels, noétiques (de la pensée et de l’esprit) activés par l’utilisation des principes de suédage et de re-enactment.

Thomas Maury a étudié à la Haute École des Arts du Rhin (HEAR) à Strasbourg en design graphique. Ses projets sont exposés et publiés en France, Belgique, Allemagne et République Tchèque, et il décide d'étendre sa pratique des images à travers la réalisation audiovisuelle. En 2010, il amorce un projet de film documentaire avec Phill Niblock, qu'il écrit, réalise, monte et produit entièrement. Il est aussi musicien et ce film est le fruit d’une rencontre. Il a reçu la bourse Fulbright de la commission franco-américaine et une bourse d’étude au San Francisco Art Institute en 2012 où il a travaillé dans le studio des frères Kuchar, deux figures du cinéma underground. En 2014, il a créé le festival de musique, art sonore et art des images Hydraphonies.

Joachim Montessuis développe depuis le début des années 90 une pratique ouverte et contextuelle autour notamment de la voix, du son continu, du bruit et de la résonance. Son travail se focalise aussi sur des processus conceptuels et sensibles expérimentaux : performances vocales, états de transes, amplification et transformations électroniques des performances de la voix et instruments (acoustiques, électriques, numériques), et plus récemment l'expérience de la lecture. Il conçoit ses actions comme des poèmes-codes, et des processus relationnels fertiles.
Il a montré son travail dans de nombreux contextes et festivals internationaux et travaillé notamment avec C. Palestine, H. Chopin, M. Ratkje, Master musiciens of Joujouka, P. Niblock et d'autres. Il a créé et dirige depuis 1997 le label expérimental Erratum.

Au delà des frontières des musiques contemporaines ou non académiques, Kasper T. Toeplitz compose et interprète une musique électronique construite sur le bruit et, à partir de 1998, introduit l'électronique dans son travail. Il expérimente dans les studios du GMEM, le GRM, l'Ircam, Art Zoyd et crée Sleaze Art, orchestre de guitares et basses électriques, où l'ordinateur va prendre peu à peu une place prépondérante. Avec une basse transformée en BassComputer, prototype de basse électronique pour le jeu avec transformation en temps réel, il crée de nombreuses pièces solistes. En 2007, il a fondé l'ensemble d'ordinateurs Kernel, consacré au problème de l'écriture et de l'interprétation d'une musique d'ensemble pour ordinateurs. Il collabore avec des artistes inclassables, tels qu’Eliane Radigue, Zbigniew Karkowski, Dror Feiler, Tetsuo Furudate, Phill Niblock, des chorégraphes – Jonathan Schatz, Myriam Gourfink, des vidéastes, photographes…

 


 

Les séminaires in(ter)disciplinaires de La Générale accueillent des rencontres autour de thématiques à l’interface des sciences (humaines ou inhumaines) et des arts (appliqués ou désinvoltes) sous le chapeau très large d’une réflexion sur le vivant au XXIe siècle.

Inter-zones — Manifeste (Lectures & Lives). Une série de soirées de lectures et lives radiophoniques avec le Front transnational uni contre le fascisme créé en janvier 2019 par un réseau informel de chercheu·r·ses et essaimé sur l'Internet.

Avec le soutien de La Fabrique Agitée, de la Coopérative P-node, et de l'UFR Arts/Philosophie de l'Université Paris 8 Saint-Denis.

haut de page